5 Commentaires

La courbe de tes yeux

 

*

La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,

Un rond de danse et de douceur,

Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,

Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu

C’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu.

 

Feuilles de jour et mousse de rosée,

Roseaux du vent, sourires parfumés,

Ailes couvrant le monde de lumière,

Bateaux chargés du ciel et de la mer,

Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

 

Parfums éclos d’une couvée d’aurores

Qui gît toujours sur la paille des astres,

Comme le jour dépend de l’innocence

Le monde entier dépend de tes yeux purs

Et tout mon sang coule dans leurs regards.

Paul Eluard.

 

*

 

*

 

Bonjour à tous,

J’avais envie de commencer cette semaine avec beaucoup de douceur

Mais aussi mettre à l’honneur l’amour, voilà qui est fait,

Merci Mr Eluard de me le permettre aussi bien 😉

Avec quelques notes en plus, comme d’habitude,

Afin d’agrémenter pleinement sa belle poésie

Et mes souhaits pour une très belle semaine, au minimum en vos coeurs.

A bientôt !

Bisous bisous

14 Commentaires

A perdre haleine

 

*

Anna Wrigt est est une jeune londonienne de 30 ans, relativement moderne

Qui travaille dans une société de production en tant que manager.

Elle est depuis peu célibataire, trouvant son petit ami trop tendre…

Anna entretien une relation très fusionnelle avec sa chienne labrador Wispa, 

Elles courent ensemble au parc d’Hampstead Heath.

Un jour lors de son jogging elle rencontre un inconnu terriblement séduisant,

L’attirance est telle et mutuelle

Qu’ils ont une relation sexuelle au sein de ce parc…

Anna surnomme cet homme « Monsieur Dior »

Et ne pense plus qu’à le rencontrer.

Dans le même temps un premier viol a lieu dans ce même parc…

Anna est quelque peu surprise de constater que son Mr Dior est là

à chacun de ces joggings

Ceci malgré son irrégularité…

Peur et attirance se mélange alors, pourtant ils s’accouplent encore.

Un second viol a lieu en ces lieux…

Notre joggeuse s’interroge alors sur ce mystérieux inconnu,

Est-il en lien avec ces agressions ?

Entre temps, elle fait la rencontre d’un voisin charmant,

Marié, mais un peu collant

Et découvre aussi un cadeau sur son pas de porte.

Elle pense alors à son ex et décide de le mettre dans un dépôt vente,

Le laissant dans sa voiture, il disparaît, vitre brisée…

Puis Wispa quitte la maison alors qu’elle était au jardin comme d’habitude,

C’est son voisin qui lui ramène.

Anna se questionne alors fortement…

Va t’elle continuer à aller au parc courir ?

Qui est le violeur ?

Pourquoi les choses se troublent-elles dans sa vie subitement ?

Envie d’en savoir plus ? Je vous conseille de lire au plus vite ce roman !

 

*

 

 

*

Bonjour les amis,

Me revoici avec un nouveau roman qui m’a personnellement beaucoup plus.

En effet je le trouve bien ficelé, il vous surprendra plus d’une fois.

Lorsque vous pensez avoir compris,

C’est une autre issue que l’auteur vous dessine, 

Ce qui vous déstabilise et quelque fois vous laisse dans le doute…

Une réalité,  

Aga Lesiewicz vous donne plus encore l’envie de tourner

les pages de son roman.

Voili voilou, je vous souhaite une très bonne fin de semaine

Ainsi qu’un excellent week-end ensoleillé,

Reposez vous bien ! 

Bisous affectueux

11 Commentaires

Un café ?

 

*

 

Bonjour à tous,

En ce début de semaine très estival,

Quel bonheur d’ailleurs d’être ainsi dorloté par notre ami le soleil,

Je vous propose de vous installer confortablement au jardin,

à l’ombre, afin de méditer tranquillement.

Personnellement j’aime beaucoup ces instants

Ou je suis seule avec moi-même, en compagnie de Dame Nature et vous ?

Je vous propose donc un récit, allons y voulez-vous ! 

😉

Il était une fois un groupe d’anciens élèves

Qui décidèrent d’aller visiter un de leurs anciens professeurs.

Très vite ils se mirent à se plaindre du stress de leur vie et dans leur job.

Le vieux professeur alla à la cuisine

Et revient avec une cafetière pleine et des tasses,

Certaines en plastique, d’autres plus chères (en verre),

D’autres très précieuses (en porcelaine ou en cristal).

L’hôte dit à ses invités de se servir.

Les étudiants prirent les plus belles tasses et,

Quand tous se furent servis, le professeur leur dit :

Avez-vous remarqué que les tasses précieuses ont été choisies ?

La tasse n’ajoute rien au goût du café c’est juste qu’elle est plus chère.

En fait, vous vouliez tous du café, pas une tasse.

Pourtant, vous avez choisi les plus belles tasses et puis,

Vous avez regardé les autres pour voir qui avait la plus belle.

En fait, la vie est comme le café :

Les travaux, l’argent et la position sociale sont des tasses.

Ils sont les outils justes pour tenir et contenir la vie

Et le genre de tasse que nous avons

Ne définit ni ne change la qualité de notre vie.

Parfois, si on ne se focalise que sur la tasse, on oublie d’apprécier la café

Alors, savourez le café, pas la tasse !

Les gens les plus heureux ne possèdent pas les meilleures choses,

Mais tirent le meilleur de chaque chose.

Vivez simplement, parlez gentiment,

Souciez-vous profondément des autres, aimez-les généreusement.

Nous sommes des êtres merveilleux,

Plus précieux que tout et cela ne dépend de rien de ce monde.

Alors ne nous laissons pas emporter par la tasse

(le monde et toutes ses convoitises).

Inconnu

 

*

 

 

*

Une petite vérité qui ne fait pas de mal à se remémorer,

Qu’en dites vous ? !

C’est en sa compagnie ainsi qu’avec un très beau titre de Mr Kenny G

Que je vous souhaite une très belle et bonne semaine.

Profitons de ce très beau temps que Dame Nature nous offre généreusement.

Bisous de tendre amitié 

8 Commentaires

Une pensée ! Pour qui ? Mais pour vous bien évidemment !

 

*

Comme le temps passe vite,  nous voici déjà à la fête des pères !

Alors j’ai pour vous mes p’tits papas une pensée en ce jour.

Je sais combien vous êtes pudiques, qu’importe,

Ce jour est votre, alors je tiens à vous honorer.

Je vous souhaite une très belle journée, pleine de soleil, de joie,

De rires, de partages et de bonheur.

Que celle-ci vous comble de la présence des vôtres

Et reste à jamais en vos mémoires.

Et puis à cette occasion,

Je vais déposer de tendres bisous d’amitié sur vos joues.

Joyeuse fête des pères mes p’tits papas !

🙂

4 Commentaires

Philoména

 

*

Je vous convie en cette fin de semaine à la lecture d’une histoire vraie,

Celle de Philomena, jeune fille Irlandaise.

Elle rencontre un jeune postier de Limerick, et…

Nous voici propulsé en 1952, à cette période de l’histoire irlandaise,

Il est inconcevable d’être fille mère, l’église condamne cela…

Philomena va alors, être rejeté de sa famille et mise dans une abbaye,

Celle de Sean cross.

Elle y met au monde un petit Anthony-Mickaël.

Sa vie au sein de cette abbaye est difficile, pas de confort,

Elle travaille durement à la blanchisserie et à la cantine.

Et voit une seule heure par jour son enfant…

Anthony en grandissant est un enfant adorable qui s’attache à la petite Mary

Qui est aussi à l’abbaye , ils deviennent inséparable…

Peu à peu Philomena découvre le triste sort qui est voué à ces jeunes mères.

En effet, les soeurs mettent sous pression ces jeunes mamans

Afin qu’elle abandonne à l’adoption leurs enfants.

Certaines mères ne savant même pas qu’ils sont adoptés

Lorsque leurs enfants disparaissent…

Les enfants partent alors aux Etats-Unis dans de riches familles

Sans qu’elles puissent savoir où exactement,

Sans aucun moyen pour les retrouver.

Elles n’auront plus jamais de nouvelles d’eux…

Est-ce ce qui va arriver à Anthony, lui qui est adoré par tous ?

Philomena va t’elle vivre ce cauchemar ?

Que va vont-ils devenir tous deux, resteront-ils à l’abbaye à tout jamais ?

Pour en savoir plus, il vous faudra lire ce roman 😉

 

*

*

 

Bonjour à tous,

Me revoici avec un livre que j’ai dévoré !

Celui-ci est dramatique, éprouvant, émouvant, bouleversant et riche d’histoire

Mais aussi beau de tendresse et d’amour.

Il vous révoltera aussi, difficile d’accepter de tels agissements.

Comment peut-on bannir l’humain

Et profitent bassement de lui au nom du « bien »…

Je dirais donc que c’est un très bon roman, ceci malgré son lourd sujet.

Je vous souhaite avec lui, une très bonne fin de semaine

Ainsi qu’un excellent week-end !

Et vous dépose de tendres bisous d’amitié, à bientôt !

8 Commentaires

Et vous qu’en diriez vous ?

 

*

 

Bonjour à tous,

En ce début de semaine je vous propose une petite douceur lactée.

Vous allez constater en dégustant ceux-ci,

Que lorsque j’emploie le mot douceur,

Cela est approprié.

Je vous propose donc de confectionner

Des yaourts à la poire et confiture de lait ou à la crème de marron,

Ou confiture de châtaignes.

Pour cela il vous faudra pour 6 pots :

50 cl de lait entier

120 g de yaourt nature

3 poires mûres

2 cuillères à soupe de sucre

1 cuillère à soupe de confiture (par pot).

Eplucher les poires et coupez-les en cubes de 2 cm.

Mettez les dans une casserole,

Saupoudrez de sucre et laissez compoter 5 mn sur feu doux

Jusqu’à ce que le jus soit absorbé et devienne sirupeux.

Laissez refroidir la préparation et répartissez dans le fond des pots.

Recouvrez de 1 cuillère à soupe de confiture de votre choix

En veillant à ce que la confiture recouvre bien la poire.

Mélanger avec une fourchette (ou fouet) le lait et le yaourt

Jusqu’à ce que la préparation soit homogène

Puis versez délicatement dans les pots.

Déposez ceux-ci dans votre yaourtière en position 1 (c’est à dire yaourt),

Pendant 8h.

Laissez refroidir puis conservez au frais, et voilà !

 

*

 

*

Voilà de nouveau de quoi vous faire plaisir, sans trop de mal !

Personnellement j’aime beaucoup, mes papilles adorent ces douceurs 😉

Je vous laisse donc en très bonne compagnie pour démarrer cette semaine,

Que je vous souhaite agréable et belle !

Et vous dépose en complément quelques heureuses notes nostalgiques 😉 

Bisous bisous

14 Commentaires

Dans le jardin de l’ogre

 

 

*

Une semaine qu’elle tient. Une semaine qu’elle n’a pas cédé. Adèle a été sage.

En quatre jours, elle a couru trente-deux kilomètres.

Elle est allée de Pigalle aux Champs-Elysée, du musée d’Orsay à Bercy.

Elle a couru le matin sur les quais déserts. 

La nuit, sur le boulevard Rochechouart et la place Clichy.

Elle n’a pas bu d’alcool et elle s’est couchée tôt.

Mais cette nuit, elle en a rêvé et n’a pas pu se rendormir.

Un rêve moite, interminable,

Qui s’est introduit en elle comme un souffle d’air chaud.

Adèle ne peut plus penser qu’à ça.

Elle se lève, boit un café très fort dans la maison endormie.

Debout dans la cuisine, elle se balance d’un pied sur l’autre.

Elle fume une cigarette.

Sous la douche, elle a envie de se griffer, de se déchirer le corps en deux.

Elle cogne son front contre le mur.

Elle veut qu’on la saisisse, qu’on lui brise le crâne contre la vitre.

Dés qu’elle ferme les yeux, elle entend les bruits,

Les soupirs, les hurlements, les coups.

Un homme nu qui halète, une femme qui jouit.

Elle voudrait n’être qu’un objet au milieu de la horde,

Etre dévorée, sucée, avalée toute entière.

Qu’on lui pince les seins, qu’on lui morde le ventre.

Elle veut être une poupée dans le jardin d’un ogre.

 

*

 

 

*

 

Bonjour les amis,

Comme je vous l’avez dit précédemment,

J’ai lu le premier roman de Leïla Slimani

Car il me semblait que son second roman

« Chanson douce » manquait de matière.

Je voulais donc lire celui-ci afin de mieux comprendre.

Je dirais en définitif que je trouve ce roman élaboré, avec bien plus de matière. 

Elle a choisi un sujet dérangeant et loin d’être facile à traiter,

Sans tomber dans le porno ni dans l’érotisme.

Ce roman peut être choquant ou émouvoir,

Vous mettre mal à l’aise, dans l’incompréhension,

à vous de voir !

En tout cas, je l’ai bien mieux apprécié 😉

Enfin ceci n’engage que moi ! 

Très bonne fin de semaine ainsi qu’un doux et reposant week-end à tous.

Bisous bisous