10 Commentaires

La pluie

Longue comme des fils sans fin, la longue pluie
Interminablement, à travers le jour gris,
Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris,
Infiniment, la pluie,
La longue pluie,
La pluie.

Elle s’effile ainsi, depuis hier soir,
Des haillons mous qui pendent,
Au ciel maussade et noir.
Elle s’étire, patiente et lente,
Sur les chemins, depuis hier soir,
Sur les chemins et les venelles,
Continuelle.

Au long des lieues,
Qui vont des champs vers les banlieues,
Par les routes interminablement courbées,
Passent, peinant, suant, fumant,
En un profil d’enterrement,
Les attelages, bâches bombées ;
Dans les ornières régulières
Parallèles si longuement
Qu’elles semblent, la nuit, se joindre au firmament,
L’eau dégoutte, pendant des heures ;
Et les arbres pleurent et les demeures,
Mouillés qu’ils sont de longue pluie,
Tenacement, indéfinie.

Les rivières, à travers leurs digues pourries,
Se dégonflent sur les prairies,
Où flotte au loin du foin noyé ;
Le vent gifle aulnes et noyers ;
Sinistrement, dans l’eau jusqu’à mi-corps,
De grands boeufs noirs beuglent vers les cieux tors ;

Le soir approche, avec ses ombres,
Dont les plaines et les taillis s’encombrent,
Et c’est toujours la pluie
La longue pluie
Fine et dense, comme la suie.

La longue pluie,
La pluie – et ses fils identiques
Et ses ongles systématiques
Tissent le vêtement,
Maille à maille, de dénûment,
Pour les maisons et les enclos
Des villages gris et vieillots :
Linges et chapelets de loques
Qui s’effiloquent,
Au long de bâtons droits ;
Bleus colombiers collés au toit ;
Carreaux, avec, sur leur vitre sinistre,
Un emplâtre de papier bistre ;
Logis dont les gouttières régulières
Forment des croix sur des pignons de pierre ;
Moulins plantés uniformes et mornes,
Sur leur butte, comme des cornes

Clochers et chapelles voisines,
La pluie,
La longue pluie,
Pendant l’hiver, les assassine.

La pluie,
La longue pluie, avec ses longs fils gris.
Avec ses cheveux d’eau, avec ses rides,
La longue pluie
Des vieux pays,
Eternelle et torpide !

Emile Vanhaeren

Bonjour les amis,

Afin de vous accompagner dans cette semaine très automnale, je vous dépose quelques vers et une très jolie mélodie. Qui, je l’espère, vous trouverons en excellente santé avec un doux sourire sur vos lèvres. Agréable et reposante semaine les amis.

Bisous de tendresse

10 commentaires sur “La pluie

  1. Bonjour mon ami amie FANFAN

    Par ce message positif et amical je te souhaite une bonne semaine mon ami.amie .Quoi que tu vives, quoi que tu fasses, dans chaque moment il se cache une raison d’être heureux …

    Affectueusement et sincèrement
    Ton ami qui pense à toi
    Bisou d’amitié sincère …

    joli billet sur la pluie

    J'aime

  2. Ah! La pluie! Indissociable de l’automne… Cette pluie parfois glaciale… Parfois douce et que bruine… Mais toujours inspirante….

    Que voilà une poésie qui enchante si bien l’automne….

    Merci du partage.

    Bonne semaine!

    J'aime

  3. Bonsoir Fanfan, joli billet pour nous faire aimer la pluie … et bien jolie mélodie également Belle fin de soirée 😘🌹

    J'aime

  4. Bravo pour ce choix d’ensemble poème et musique, Françoise … un bon moment ce détente comme vous savez si bien les choisir.
    Avec mon amitiés
    Michel

    J'aime

  5. Un petit coucou en passant pour te souhaiter un très bon week-end ma petite Fanfan, bisous doux🌷

    J'aime

Afin de mieux encore partager, vous pouvez déposer vos pensées et vos douceurs ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :